Chroniques récentes


c4c56a1309fcd5ef38c1098bab5b13aa.jpg

Résultat de recherche d'images pour "10 18 femme insigne" Résultat de recherche d'images pour "désorientale" Couverture Arte, tome 1 Couverture Agnès Sorel maîtresse de beauté

jeudi 13 juillet 2017

Désorientale

Informations

Désorientale

Genre :  Littérature française contemporaine(Roman historique et contemporain à la fois)
Edition :
Liana Lévi
Parution de l’édition : 25 août 2016
Nombre de pages : 352 pages
Langue d’origine :  Français
Auteur :
Négar Djavadi
Prix indicatif :
22 Euros

Résumé

 « La nuit, Kimiâ mixe du rock alternatif dans des concerts. Le jour, elle suit un protocole d'insémination artificielle pour avoir un enfant avec son amie Anna. Née à Téhéran en 1971, exilée en France dix ans plus tard, elle a toujours tenu à distance sa culture d'origine pour vivre libre. Mais dans la salle d'attente de l'unité de PMA de l'hôpital Cochin, d'un rendez-vous médical à l'autre, les djinns échappés du passé la rattrapent. Au fil de souvenirs entremêlés, dans une longue apostrophe au lecteur, elle déroule toute l'histoire de la famille Sadr. De ses pétulants ancêtres originaires du nord de la Perse jusqu'à ses parents, Darius et Sara, éternels opposants au régime en place ; celui du Shah jusqu'en 1979, puis celui de Khomeiny. Ce dernier épisode va les obliger à quitter définitivement l'Iran. La France vécue en exilés n'a rien à voir avec le pays mythifié par la bourgeoisie iranienne… Alors, jouant du flash-back ou du travelling avant, Kimîa convoque trois générations et une déesse du rock and roll au chevet de sa " désorientalisation ". »

Mon avis

J’ai lu Désorientale dans le cadre d’un projet pour ma formation. On devait présenter un livre par groupe de quatre à six, qui faisait parti de la rentrée littéraire. Nos formateurs nous ont fait une petite sélection et nous devions choisir un livre par groupe. Même ci ce roman a été lu pour un projet de cours, j’avais très envie d’en partager mon ressenti avec vous, car il est pour moi, un livre chouchou à présent. Je ne vous en dit pas plus et continue ma chronique.

Dès que l'on nous a présenté Désorientale, j'ai été fort intéressée par le résumé. Une histoire qui allait parler de l'insémination artificielle, du côté d'une femme homosexuelle, venant de l'Iran, des sujets assez tabous me donnait envie de le lire. Je me le suis très vite procuré (disons plutôt que ma boss a été très gentille de me prêter son service presse, un remerciement à elle au passage, qui m'a permis de pouvoir me plonger dedans rapidement) et l'ai vite commencé.

Et là........le drame.....

Oui, le drame car j'ai été désarçonnée par le début. Les flashback de l'héroïne sur le passé de sa famille m'ont un peu "perturbée" dans le sens où je ne m'attendais pas à ça! Mais où était donc ce que le résumé promettait?! Certes, le début se passe bien à l'hôpital, Kimiâ l'héroïne attends bien de se faire inséminer, mais pourquoi revenir sur sa famille? Pourquoi parler de l'andarouni?! Je ne voyais pas le rapport, j'étais perdue et perplexe.... Le résumé m'avait flouée, j'étais déçue, vraiment! Au bout de cinquante pages, je le refermais, et le mettais de côté, n'y trouvant pas mon compte. Vraiment, cet effet de retour en arrière, puis revenir à nouveau à l'hôpital, et encore en arrière, c'était trop pour moi, ce n'était pas comme ça que je voyais le roman! Alors, je l'ai laissé là, sur mon bureau, en-dessous de La reine du Tearling d'Erika Johansen, qui lui ne me décevait pas du tout et me captivait bien plus.

Puis, j'ai finis La reine du Tearling (que j'ai adoré au passage), et j'ai entamé un autre roman, laissant encore ce pauvre Désorientale de côté. En finissant cet autre roman, qui était Les carnets d'Allie de Meg Cabot (roman jeunesse sympathique, rapide à lire), j'avais besoin de quelque chose de plus sérieux, de dépaysant. Désorientale était toujours là, à sa place, il n'avait pas bougé, un signe que je devais le lire, peut-être! Alors je l'ai repris en main, me suis dit qu'il fallait lui redonner sa chance, car l'Iran est un pays dont je sais trop peu de choses à mon goût, que cela m'intéresse d'en savoir davantage et que très sûrement en ouvrant Désorientale j'en saurais plus! Adorant l'Histoire après tout, pourquoi pas! Au diable le résumé, il fallait que je m'en détache pour l’apprécier, je le sentais.

Je le fis, j'oubliais le résumé. Je relu du début, un peu en diagonale pour me remettre dans le bain, et là, là, j'ai accroché de suite. Là, je n'ai pas su le refermer, là, j'étais au côté du Kimiâ, dans la salle d'attente mais aussi dans ses souvenirs familiaux. Je voyageais en Iran, dans les montagnes de l'Alborz, dans l'appartement des Sadr, à Paris, Londres, Berlin,...partout où Kimiâ allait, ou les membres de sa famille, je les suivais, m'imaginais tout. Je vivais l'histoire, elle me prenait aux tripes! J'avais l'impression de lire un conte des Milles et une Nuit (que j'aime énormément d'ailleurs), en plus rock'n roll, et plus réaliste. Au final, je n'ai pas du tout était déçue, loin, bien loin de là! Je suis ravie d'avoir remis le nez dedans, car c'est un gros, un énorme même, coup de coeur! Désorientale m'a émue, touchée et bouleversée. C'est une pépite, qu'il faut absolument lire (un conseil cependant: NON! Ne lisez pas le résumé!!!! Si c’est trop tard, oubliez-le !).

En bref, ce fut un énorme coup de cœur que cette pépite qu’est Désorientale. Un petit bijou qui vous fera passer par une kyrielle d’émotions et d’endroits !

Notes explicatives, au cas où :

Adarouni : Appartement des femmes dans la maison traditionnelle iranienne, dont l’entrée est interdite aux hommes adultes sauf les domestiques et membres de la famille. (Wikitionnaire)
Alborz : L'Elbourz, en persan البرز, aussi écrit Alborz ou Elburz, est une chaîne de montagnes au nord de l'Iran, s'étendant des frontières de l'Arménie au nord-ouest, à la mer Caspienne au nord, jusqu'à l'est aux frontières du Turkménistan et de l'Afghanistan. C'est au sud de la chaîne qu'est situé le plus haut sommet d'Iran, le mont Damavand (5 671 m) et la ville de Téhéran, située en moyenne à 1 300 mètres d'altitude (le centre est à 1 200 mètres). (Wikipédia)

Ma note


Et vous les amis, vous avez-lu ce beau roman ? Si oui, vous l’avez aimé ? Ou pas ? Et si vous ne le connaissiez pas, avez-vous envie de le découvrir ?
Dites-moi tout !

A bientôt,
Des bises,

Nimgarthielle

1 commentaire :

  1. Je suis passée plusieurs fois à côté de ce livre sans vraiment m'y intéresser... finalement, la vie des femmes dans d'autres pays m'intéresse de plus en plus donc je pense que ça pourrait me plaire !

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage. N'hésitez pas à laisser un petit mot par ici.