Chroniques récentes

CHRONIQUES RECENTES

Couverture Arte, tome 1 Couverture Agnès Sorel maîtresse de beauté Couverture Une autre idée du silence Couverture Charly 9 Couverture Vostok Couverture La terre qui penche Couverture Adélaïde et le coeur du régent Couverture Sorceleur, tome 1 : Le Dernier Vœu

dimanche 15 février 2015

TAG: La liste de Ross

Bonjour amis livresque,

Aujourd'hui, je publie un post un peu particulier car il s'agit d'un TAG, mais pas d'un TAG en rapport avec l'univers merveilleux des livres, non, un TAG en rapport avec des acteurs sur lesquels je fantasme!

J'ai été tagué par les filles du blog Grimoire Renards Amour et Carpates (qui est un blog vraiment sympathique au passage), et de ce fait, je relève le défi!

Après tout, pourquoi ne pas le relever? Vous en apprendrez un tout petit peu plus sur moi, un petit chouïa, mais c'est déjà ça, non?

Au passage, je précise que Little Malfoy et Foxfire (du blog Grimoire Renards Amour et Carpates mentionné ci-dessus), pnt trouvé ce tag sur le blog de Carnet Parisien (très bon blog aussi, que j'ai découvert de ce fait grâce à elles).

Le TAG se nomme "La liste de Ross" et le principe en est très simple: comme Ross dans Friends, il s’agit de mettre en place une liste de 5 personnalités avec lesquels on serait prêt à flirter si elles croisaient notre chemin !


Le choix est difficile mais, il faut bien en faire un!

Alors, c'est parti, mesdames et messieurs sans plus attendre, les acteurs qui me font rêver:



5. Tom Felton



Tom Felton, comment l'oublier?! L'iressistible Drago Malfoy, dans Harry Potter, qu'on adore détester et que j'aime beaucoup d'ailleurs. Il a bien grandi depuis le premier Harry Potter et est devenu un homme superbe (on sent à peine la fangirl en fait, n'est-ce pas?).


4. Jim Cazeviel



Ah, Jim, découvert dans Persons of Interest, qui porte le costard/cravate à la perfection... Regardez-moi ces yeux! Il ferait fondre n'importe qui! Non? (Bon, ok, j'avoue, il me fait fondre, beaucoup, mes amis peuvent en témoigner).

3. Colin O'Donoghue



J'ai découvert Colin dans Once Upon a time, et j'ai tout de suite était charmée par l'acteur, autant que par son personnage de Hock. Il a la classe, même avec du khôl! Il a un charme fou et une beauté renversante (hum... je devrais peut-être me calmer. Mais après tout, c'est le jeu!).

2. Léonardo Di Caprio





Comment oublier Léonardo, pour lequel je suis en admiration depuis mes sept ans (depuis Titanic, le film qui l'a rendu célèbre) ? C'est impossible! Cet acteur a tout pour lui, le talent et un physique superbe (certains me diront qu'avec l'âge il vieillit mal, mais, je ne trouve pas. Je l'avoue, ma fangirl-attitude me rend un poil aveugle, très sûrement).

1. Orlando Bloom



Depuis que j'ai vu Le Seigneur des anneaux, je suis tombée fan d'Orlando. Orlando dans le rôle de Legolas est inoubliable! D'ailleurs, ce rôle lui va parfaitement bien (il est bien proche de ce qu'on sait du personnage dans les livres de Sir Tolkien). Un physique de jeune premier qui ne le quitte pas, un sourire sublime, bref, je ne vais pas en faire des lignes et des lignes pour conclure que... je l'adore!

Voilà, je me suis un peu lâchée et mes hormones aussi mais le défi est relevé!

J'espère que ce tag vous a plu, voir amusé.

Je ne taguerais personne en retour, laissant libre à qui le souhaite de le faire.

A bientôt pour d'autres articles,

Littérairement vôtre,
Nimgarthielle

Bilan du mois de Janvier

Bonjour amis livresques,

Voyant beaucoup de blogueurs littéraires faire le bilan de leur lecture chaque mois, je me suis dit que c'était une très bonne idée.
De ce fait, tous les mois, je posterais un bilan lecture, au début du mois, pour récapituler tous les livres que j'ai pu lire le mois d'avant.
Faire le points chaque mois sur mes lectures, me permettra de voir où j'en suis de mes lectures, de me rendre compte de la diminution de ma P.A.L, de voir mon rythme ainsi que de vous faire partager, plus en détail mes lectures. Je mettrais toutes mes lectures, que ce soit mes lectures plaisirs, ou mes lectures pour les cours. Ainsi vous pourrez voir une alternance entre livres classiques et livres plus moderne, car après tout, il faut bien se détendre entre toutes les lectures imposées pour mes études!
Vous retrouverez aussi les liens vers les différentes chroniques que j'ai pu réalisé par rapport aux livres lus pendant le mois.
Je vous mettrais aussi les idées de lecture que j'ai pour le mois d'après, avec un petit planning qui sera un mini-challenge pour le mois suivant.
Et puis, juste pour voir ce que cela donne, le nombre total de pages lu au cours du mois, en additionnant les pages de chaque livres, sera mis.

Pour commencer ce bilan de Janvier, plusieurs livres différents ont été lu, ce dont je suis assez contente, car j'ai su bien jongler entre lectures plaisir et lectures imposées.

J'ai pu aussi avancer dans mon Challenge Good Read, doucement mais sûrement, qui est maintenant à 3%.


2015 Reading Challenge

2015 Reading Challenge
Nimgarthielle has read 5 books toward a goal of 150 books.
hide

Dans ce mois de Janvier, j'ai lu:


* Hunger Games: tome 1, De Suzanne Collins




Lien vers la chronique


Après des années d'hésitations, j'ai fini par lire le premier tome d'Hunger Games. J'ai été séduite dès les premières lignes, je ne regrette pas du tout de commencer la Saga, bien au contraire. Je n'ai qu'une hâte, savoir la suite! Un véritable coup de coeur, je dirais même plus LE coup de coeur du mois de Janvier, en Roman.



* L'illusion comique, de Corneille




Lecture pour les cours, donc imposée, mais je ne regrettes pas de l'avoir lue car je l'ai beaucoup appréciée. Comme c'est une lecture pour la fac, je n'ai pas fait de chronique dessus, ça ne me semble pas très utile, et je l'avoue, vu le nombre de livres à lire pour mes études, cela me prendrait trop de temps (mais, si cela vous intéresse, je pourrais en chroniquer une de temps à autre). 

La pièce est en tout cas très intéressante, car c'est une pièce de théâtre où l'on voit à l'intérieur une pièce de théâtre se jouer. On se demande parfois si la pièce joué ne s'est pas réellement déroulée pour un des personnages.
Je la conseille à tous les amoureux du théâtre et à ceux qui souhaitent découvrir le théâtre classique. 

Britannicus, de Racine




La même chose que la précédente. Je l'ai aussi beaucoup appréciée. D'autant plus que cette pièce traite d'une période de l'histoire que j'aime énormément: celle de l'Empire Romain du temps de Néron, que je trouve fascinante.

Une pièce que je conseille aussi, tant elle est bien écrite et est assez fidèle à l'Histoire (quelques éléments changent).

* Dom Juan




La même chose que les deux précédentes. Une pièce que j'ai beaucoup aimée et qui m'a fait rire. le personnage de Dom Juan est assez ridicule et on ne peut plus risible. Son besoin insatiable de butiner de femme en femme, en pensant que rien ne lui arrivera le rend plus que pathétique.
Un classique à dévorer!
D'ailleurs, je l'ai lu rapidement, tant la pièce m'a absorbée. Molière est vraiment une valeur sur du théâtre (tout comme Corneille et Racine cela dit).


* Le scorpion, tome 10: Au nom du fils, de Desberg et Marini




Le Scorpion est une série de bd que je suis depuis très longtemps, depuis plus de dix ans. C'est une bande dessinée pour laquelle j'ai un gros coup de coeur depuis le début. Aucun tome ne m'a déçue. Tous m'ont transportée dans l'histoire du Scorpion et m'ont tous donné envie de savoir la suite, tant le suspens est à son comble.
Le dixième tome ne déroge pas à la règle, je suis toujours sous le charme!

Le trait de Marini ne cesse d'être magnifique et le scénario, fait par Desberg, de nous tenir en haleine tout du long.
Une sage de bande-dessinée merveilleuse, qui continue toujours et dont le onzième tome est sorti il y a peu, en novembre dernier.
Cette bande dessinée est faîte pour tous les amoureux d'Histoire, où l'Histoire sert de cadre et où la fiction se mêle à la perfection. 
Une chronique plus détaillée est prévue, je la ferais dès que ce sera possible, promis!
(Je mets d'ors et déjà une note à ce dixième tome: 5/5! C'est étonnant, n'est-ce pas?)

Récapitulatif: 


5 livres lu (dont une bd)

851 pages lu
Challenge Good Reads: 3%
Challenge participatif: Un livre lu sur les trois (Le premier de la saga Hunger Games).

Un petit mois de lecture, surtout niveau lecture plaisir. L'accent a dû être mis à la lecture pour la fac, de ce fait, ma P.A.L "plaisir" diminue tout doucement (trop doucement même à mon goût). 

Je suis en tout cas ravie d'avoir eu un coup de cœur en ce début d'année, un signe qu'il y en aura très sûrement bien d'autres cette année.
J'espère qu'en ce mois de Février, déjà bien entamé cela dit, je pourrais lire plus pour mon plaisir. Ayant encore pas mal de lecture imposée, ça risque d'être compliqué à réaliser, mais ce n'est pas impossible. Avec une meilleure organisation, c'est faisable.
Je croise les doigts pour vous faire un bilan de Février plus fourni que celui-ci!

D'ailleurs, je passe à la prévision de Février, qui je l'espère, sera tenue.


En Février, je pense lire:


* Juge Bao, tome 1: Le phoenix de Jade, et le tome 2: Le roi des enfants, de Chongrui Nie et Patrick Marty


* Insaisissable, tome 1: Ne me touche pas, de Tahereh Mafi


* Hunger Games, tome 2: La Révolte, de Suzanne Collins


Et en ce mois de Février, il y aura toujours des livres à lire pour la Fac, sinon, ce ne serait pas drôle! 


A lire en Février pour les cours:


* Manon Lescaut, de L'abbé Prévost


* Le jeu de l'amour et du hasard, de Marivaux


* Les confessions (livre I à IV), de Jean-Jacques Rousseau


* Le mariage de Figaro, de Beaumarchais


Et vous, qu'avez-vous lu en Janvier? Des coups de coeurs? Des déceptions? De bonnes découvertes? N'hésitez pas à m'en faire part!

A bientôt pour d'autres articles,


Littérairement vôtre,

Nimgarthielle

Des cornichons au chocolat

Information



Genre: Littérature contemporaine, Autobiographie fictive
Parution d'origine: 1983
Edition: Le livre de poche
Parution de l'édition: 2006
Nombre de pages: 251
Auteur: Philippe Labro
Prix indicatif: 5.60 Euros

Résumé

"Publié en 1983 sous le pseudonyme de Stéphanie, "Des cornichons au chocolat" est devenu un livre culte. Toute une génération s’est identifiée à cette adolescente de treize ans : sa solitude et sa révolte, son regard dérangeant sur les adultes, l’école, le travail, et son goût discutable pour les sandwiches aux cornichons et au chocolat… En réalité, le véritable auteur de ce livre n’est autre que le romancier Philippe Labro qui a décidé, vingt-quatre ans plus tard, de revendiquer ce « roman caché », d’autant qu’il constitue le premier volet d’une trilogie féminine poursuivie avec Manuella puis avec Franz et Clara. Les lecteurs et les lectrices reconnaîtront certainement, dans ce « témoignage », la patte du célèbre romancier qui a su, avec une réelle justesse de ton, se mettre dans la peau d’une adolescente. On n’oublie pas facilement Stéphanie…"

Mon avis

Plaisant au début mais décevant au final. Surtout quand j'ai compris, trouvant l'écriture trop mature pour une enfant de treize ans et voulant voir si c'était bien Stéphanie qui l'avait écrit, que la Stéphanie en question n'existait pas du tout. Ce n'est autre que Philippe Labro qui a fait croire a un journal intime réel alors que ce n'est que de la fiction écrite par lui-même! Cela m'a donc déçue au plus au point et la lecture m'en a laissée un goût amer, avec l'impression d'avoir été trompée... 
Il faut savoir que j'ai lu ce roman avec une édition de 2006, où rien n'indiquait que Philippe Labro était le réel auteur du livre. Je ne m'étais pas renseignée plus que ça sur l'oeuvre, avant ma lecture, ne pensant pas que je ferais cette découverte, celle de savoir que ce journal n'était que pure fiction. 
Les aventures de la jeune fille paraissent en plus irréaliste, alors pour un journal qui se veut réel, c'est plus que dommage. Cela rend l'histoire abracadabrante. Pourtant, au début, c'était bien parti mais au fur et à mesure de la lecture, il lui arrive beaucoup trop de choses qui, à mon sens, ne pourrait pas être raconté ainsi par une fille de cette âge et encore moins vécue (l'histoire de cette fugue rocambolesque, des parents plus que laxiste [ceci existe, je n'en doute pas, mais le portrait dépeint ne me semble pas vraiment réaliste], même quand elle fugue, elle ne se fait pas plus réprimander que cela, et j'en passe....). 
La plume est beaucoup trop adulte cela se sent, et cela rend donc l'histoire quelque peu indigeste. 
Labro a voulu se mettre dans la peau d'une adolescente de treize ans, mais ne s'en sort aucunement avec brio, mais plutôt avec fiasco.

Ma note

lundi 9 février 2015

Aeternia, tome 1: la marche du prophète

Informations


Genre: Fantasy
Édition : Scrineo
Parution de l'édition : 2015
Nombre de page: 374
Auteur: Gabriel Katz
Prix indicatif: 20 Euros

Biographie de l'auteur


Gabriel Katz est auteur de fictions : livres, BD, télé… C'est sous ce pseudonyme qu'il écrit ses romans "jeunesses" ou fantasy. Gabriel Katz a écrit plus de 30 livres signés par des auteurs bien connus du grand public.
Il se qualifie lui-même comme nègre littéraire : « Pour faire court, je suis nègre, c'est à dire que j'écris des bouquins que vous avez lus en croyant qu'ils étaient écrits par l'auteur dont le nom est en couverture."




Résumé

"Leth Marek, champion d’arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu’il connaît à peine. C’est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu’il a choisi de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu’il croise la route d’un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l’ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos.Dans le panier de crabes de la Cité mère qui prêche la Grande Déesse, où les puissants du Temple s’entredévorent, une guerre ouverte va éclater entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang..."

Mon avis

Tout d'abord, je remercie chaudement Babelio et les éditions Scrineo, grâce à qui j'ai pu lire ce magnifique roman.
Babelio avait organisé, en partenariat avec les éditions Scrineo, une masse critique spéciale Fantasy où l'on pouvait avoir ce premier tome d'Aeternia, alors bien entendu, j'ai participé, en croisant bien fort les doigts pour l'avoir, car le roman m'intéressait déjà beaucoup et semblait déjà bien prometteur, rien qu'au synopsis et à la couverture, sublime, il faut le dire.
Du coup, quand j'ai reçu un petit mail de Babelio me notifiant que j'avais été sélectionné pour recevoir ce roman de Gabriel Katz, j'étais toute heureuse et j'avais bien hâte de le recevoir, et bien sûr, de le lire.
A sa réception, je ne pût m'empêcher de rester admirative pendant un instant devant la couverture, qui est de toute beauté, bien plus encore en vrai. Une fois la phase d'admiration passée, j'ai ouvert le livre délicatement, sans me presser (bien que je bouillonnait d'impatience à l'intérieur, mais, je faisais durer le suspens, pour ne pas le dévorer trop vite) et ai commencé ma lecture.
De suite, j'ai accroché au style de Gabriel Katz, qui sait bien tenir en haleine dès le départ. L'histoire s'est révélée encore meilleure que je ne le pensais. Je veux dire par là que je m'attendais déjà une quelque chose de génial mais là, mes espérances furent dépassées. Ce roman est de la fantasy pure et dure comme je les aime, avec un héros au caractère bien trempé, un guerrier, qui a du vécu derrière lui et un passé qui intrigue.
Car, Leth Marrek est un champion d'arènes invaincu depuis de longues années, un dur à cuir, qui ne se laissera pas battre lors de son dernier par le petit nouveau, pas plus que par tous les autres qui ont essayé de le battre, alors, forcément, on se pose déjà beaucoup de questions sur son passé, sur pourquoi n'a t-il jamais été vaincu, pourquoi a-t-il choisi d'être un champion? Toutes ces questions auront une réponse, mais pas tout de suite, il faudra attendre quelque temps avant cela (voir même attendre un moment, car je pense que beaucoup de questions auront leurs réponses dans le prochain tome).
Gabriel Katz sait y faire avec le suspens, et ce dès le départ. En effet, au début du roman, on est au coeur de l'arène avec Leth, on vit en même temps que lui son dernier combat, tout en sachant un peu comment le héros vit ce moment, mais sans savoir s'il survivra à son dernier combat. On a beau nous dire qu'il a été invaincu jusque là, quand on voit débarquer le "petit" nouveau (euphémisme bien sûr, car, vu la description, il n'a rien de petit du tout), on ne peut s'empêcher de se demander si tout ira bien pour lui. Cependant, on s’aperçoit vite que si Agvarion est bien équipé, ce n'était que du paraître, car il ne vaut rien du tout en combat! Leth n'en fait qu'une bouchée, et repart avec le titre de champion, une nouvelle fois. Il fini sa carrière en beauté.
Mais, une fois le combat finit, on se doute bien qu'il va se passer quelque chose, que Leth Marrek ne pourra pas finir sa vie paisiblement, on le sent. On pressent bien qu'en se retirant de la scène et en voulant partir élever ses fils à Kyrenia, rien ne se passera comme prévu.
Ce que j'ai beaucoup apprécié, c'est le fait que Leth sombre petit à petit vers les ténèbres, vers la noirceur, j'ai trouvé ça vraiment fascinant, car on ne sait pas quand il remontera la pente, quand il se rendra compte qu'il a sombré et surtout, s'il remontera vers la lumière, vers le bien.
En parallèle de l'histoire de Leth, on suit celle de Varian, un jeune prêtre qui va lui aussi aller dans la Grande ville et auquel je me suis vite attachée.
Il faut savoir que la religion a une place importante dans le livre, étant donné que l'histoire gravite autour de deux religions: une religion qui a de nombreux fanatiques et une autre, installée depuis plusieurs siècles et qui cache beaucoup de sombres secrets. A cause d'une des deux religions, celle du Dieu Ochin, beaucoup de choses vont mal se passer et Leth va même se mettre de leur côté, ce qui en passant, n'est pas son meilleur choix. Avoir intégrer des religions est intéressant car cela permet de voir ce que des personnes sont prêtes à faire pour une religion, comment des personnes peuvent faire croire à des choses fausses en prenant appuie sur une religion. Il y a donc un côté réaliste avec ça. Le réalisme se mêle parfaitement à la Fantasy, rendant l'histoire encore plus prenante.
La magie n’apparaît en tout cas pas dans ce premier tome, mais, avec certains éléments mis en second plan, on peut penser qu'elle fera parler d'elle dans le second volet.
Ceci dit, je n'en dit pas plus, ne voulant pas divulguer l'intrigue et vous laissez le plaisir de la découverte.
Tout ce que je peux dire est que l'histoire est captivante. Gabriel Katz sait transporter le lecteur dans son histoire, sans qu'on arrive à en décrocher. Arrivée à la fin, je n'avais pas réalisée que j'y étais, tant je voulais savoir la suite! Quelle frustration pour moi de voir que j'en avais fini avec le premier tome, et de ne pas pouvoir lire la suite! Surtout vu la fin, c'est une torture de devoir attendre le deuxième tome, mais il faudra bien. En croisant les doigts pour que ce qui se passe à la fin s'explique et qu'un de mes personnage préféré n'est pas mort.
Je retrouverais avec joie Leth, Varian et tous les autres personnages de ce roman qui est vraiment génial. Je dirais même plus, ce roman est un pur régal! D'ailleurs, je trépigne d'impatience pour le prochain tome!

Un excellent roman, que je conseille surtout à tout les fans de Fantasy, qui retrouveront ici un univers riche et génial.
Ce roman m'a d'ailleurs donné envie de lire les autres romans de l'auteur, qui se passe dans le même univers que celui-ci: Le puits de mémoire et La maîtresse de la guerre. 

Ma note

lundi 2 février 2015

Le roman des Russes à Paris



Informations

Genre: Historique
Edition: Edition du Rocher
Parution de l'édition: 18 septembre 2014
Nombre de pages:  250 pages
Langue d'origine: Français
Auteur: Alexandre Jevakhoff

Résumé

"Cosaques sur les Champs-Élysées, bistrots, Ballets russes,pont Alexandre-III, cathédrale orthodoxe, boîtes de nuit et chauffeurs de taxi, Russes blancs : des mots qui résonnent immanquablement dans l'esprit des Parisiens et de beaucoup de Français.
Le Roman des Russes à Paris dit tout de leurs histoires, et nous en fait découvrir bien d autres. Le mariage d Anne de Kiev, les montagnes russes, les révolutionnaires contre la police du tsar, le boeuf Stroganoff, le camp soviétique de Beauregard, les Russes envoyés en Corse lors de la visite de Khrouchtchev...
Dix siècles de passion et de déception, avec leurs mystères et leurs héros.
Alternant événements historiques, anecdotes et clins d’œil personnels, l'auteur, né à Paris et petit-fils de quatre Russes blancs, nous raconte cette histoire d amour unique sur un ton documenté et malicieux, sans hésiter à faire appel à l'imaginaire."


Mon avis


Un livre enivrant et passionnant de bout en bout! "Le roman des Russes à Paris" retrace l'Histoire reliant les Russes à Paris et la retrace magnifiquement bien. Alexandre Jevakhoff nous fait voyager à travers l'Histoire des liens entre la Russie et la France, en mettant même quelques petits passages à propos de sa propre famille, qui vient aussi de Russie. C'est intéressant de voir, par exemple, pourquoi sa famille a émigré en France. On apprend beaucoup de choses sur l'Histoire Russe dans ce livre, cependant il manque des détails, car, personnellement, j'aurais aimé en savoir davantage sur plusieurs points. Le roman est vraiment bien documenté, très prenant et instructif mais il aurait peut-être fallu un peu plus de détails, c'est le seul point négatif, tout le reste est vraiment superbe. Je remercie beaucoup les éditions Belfond pour m'avoir envoyé ce livre, et aussi Babelio, sans qui je n'aurais sûrement pas connu ce livre (ou du moins, pas tout de suite). Vive les masses critiques qui permettent de faire de jolies découvertes!


Ma note