Chroniques récentes


c4c56a1309fcd5ef38c1098bab5b13aa.jpg

Résultat de recherche d'images pour "10 18 femme insigne" Résultat de recherche d'images pour "désorientale" Couverture Arte, tome 1 Couverture Agnès Sorel maîtresse de beauté

dimanche 25 janvier 2015

Le témoin invisible

Informations

Afficher l'image d'origine

Genre: Roman Historique 
Edition: Seuil 
Parution de l'édition: 2 mai 2014
 Nombre de pages: 480 
Langue d'origine: Espagnol 
Auteur: Carmen Posadas 
Traducteur: Isabelle Gugnon 

Résumé 


 "A Montevideo, Leonid Sednev, âgé de 91 ans, décide avant de mourir de révéler le secret de sa vie. Embauché en 1912 comme ramoneur au palais impérial de Russie grâce à sa tante Nina, ancienne femme de chambre de la tsarine, le petit Leonid sera jusqu'en 1918 le "témoin invisible" de l'intimité des Romanov et le seul survivant de l'épouvantable massacre d'Ekaterinbourg. Rien n'échappe à son regard tantôt ironique et curieux, tantôt amoureux et tendre, et plus d'une fois épouvanté. Avec son ami Yuri, il découvre le quotidien de l'impératrice et de ses filles, apprend quels sont les véritables commanditaires de l'assassinat de Raspoutine, console le jeune et fragile tsarévitch Alexis, assiste aux conspirations de palais, côtoie des agents secrets, avant d'être emporté par le tourbillon de l'histoire, le soulèvement de Petrograd puis la révolution d'octobre. Mais c'est en rejoignant la famille impériale dans son exil, que Leonid, serviteur loyal, secrètement amoureux de la grande duchesse Tatiana, livrera à l'histoire le plus déchirant des témoignages." 

Mon avis


Pour commencer, merci à Babelio et aux éditions Seuil (qui m'a d'ailleurs mis un gentil mot à l'intérieur) qui m'ont permis de lire ce livre par le biais de la masse critique de mai 2014 organisée par Babelio. Dès que j'ai vu le livre lors de l'édition Masse-Critique de mai, j'ai tout de suite espéré pouvoir l'avoir entre les mains, tellement il semblait passionnant, et je ne fus pas déçue! Pour expliquer rapidement pourquoi je voulais tant le lire, c'est tout simplement parce que je me suis toujours intéressée à l'histoire de la famille Romanov, et ce depuis que je suis enfant, notamment grâce au dessin-animé Anastasia (dont je préfère d'ailleurs l'histoire à la réalité, tellement la vérité est horrible! Mais c'est un autre sujet). Le livre ne pouvait donc que retenir mon attention, puisqu'il est question de la famille impérial et de la cours de Russie à cette époque (plus de détails vont suivre sur le sujet du livre ^^). Tout pour me plaire donc, au premier abord, et même plus vous le comprendrez bien assez vite en me lisant). Assez bavassez de mes explications, place (enfin), à ma critique! "Le témoin invisible" est un livre prenant, exaltant et passionnant de bout en bout. Carmen Posadas a su mêler avec brio histoire et fiction, car tout les personnages nommés dans son récit ont existé, et beaucoup de fait mentionné dans l'histoire (une grande partie du livre d'ailleurs!), sont historiquement réel et ceci rend l'histoire encore plus crédible. On se dit d'ailleurs que les choses fictives auraient pu être aussi réelles que le reste, tout se mêlant à la perfection. Il y a bien bien sûr des choses fictives, en particulier à propos du héros, Léonid Sednev, qui a bel et bien existé et fut bel et bien ramoneur puis marmiton au palais Alexandre, mais dont l'auteur a romancé sa vie, puisqu'on ne sait que peu de chose sur cet homme, car même si on a retrouvée ses mémoires qui relatent la partie de sa vie passée aux côtés de la famille impériale à Ipatiev et Ekaterinbourg, on ne sait pas ce qu'il est devenu après le monstrueux massacre, il n'y a plus aucune trace de lui, on sait juste qu'il semblerait qu'il ne fasse pas partie de cette triste hécatombe. L'auteure a donc voulu lui inventer une vie ,en y mêlant des choses qu'elle a pu retrouvé sur son compte, et en partant du principe qu'il avait pu s'enfuir après cette terrible nuit du 16 juillet 1918, qu'il ai pu vivre longtemps après cela, et voulant enfin sortir de l'ombre, à l'aube de sa vie, en racontant ce que lui, serviteur au palais Alexandre avait vu, ce dont il a été le témoin invisible durant ses années au service de la famille impériale, qu'il aura suivi jusqu'à la fin. Avec toute la documentation qu'elle a pu trouver, sur lui et sur la famille impériale, Carmen Posadas a réussi a nous livrer une très belle histoire sur cette homme et sa vie invisible de serviteur, sur ses secrets lourdement gardés (les siens et ceux des autres), lié jusqu'à sa mort avec la famille impérial, dont les fantômes le hantent sans cesse. A ce propos, on voit à quel point l'auteur s'est investie dans son livre, tant les détails fourmillent! Elle a mis un point d'honneur à ce que tout soit le plus proche possible de la réalité et ça se sent. (A noter qu'elle a pu avoir accès à des archives au sujet de Nicolas II, Alexandra, et tout les autres membres de la famille Romanov, déclassifié il y a peu et lui permettant ainsi d'être encore plus précise dans son récit, de rendant le récit de Léonid encore plus réaliste.) Léonid est une personnage vraiment touchant, racontant son histoire, qu'il voyait à l'époque avec ses yeux d'enfants, en donnant plus de détails avec le recul qu'il a pu prendre une fois grand. A travers ses yeux, on découvre la vie au palais Alexandre, les manies de chacun des membres de la famille impériale, comme par exemple celles de Nicolas qui touche sa barbe dès qu'il est nerveux par exemple, ou encore la curiosité infatigable de Maria, la timidité d'Alexandra (qui l'a malheureusement discrédité dès son arrivée à la cours..), etc... On y voit aussi toutes les magouilles politiques dont il a été témoin, indirect ou direct, faisant peu à peu tomber le tsar Nicolas II, dont on comprend ainsi mieux la chute, entraînant toute sa famille avec lui. Ce qui est aussi très intéressant est de voir le personnage de Raspoutine, de voir comment il était perçu par tous, et surtout, sentir l'incroyable pouvoir qu'il avait sur la famille impérial! C'est à mon sens le personnage le plus énigmatique du livre, tant on ne sait pas le cerner..... Ensuite, l'histoire d'amour, à sens unique de Léonid pour la grande duchesse Tatiana, une des filles du tsar Nicolas II et Alexandre, prend une grande place dans le livre, car elle va décider des choix que fera le jeune homme tout au long de l'histoire. L'on peut ainsi voir combien l'amour nous fait faire des folies, même quand on sait très bien que l'amour ressenti ne sera jamais qu'un amour déçu car non partagé. Il a de l'espoir, et ce pendant longtemps. C'est beau, mais c'est aussi triste, surtout quand il se rendra compte de la réalité à propos de son amour (ne lisez pas la partie barrée qui va suivre si vous n'avez pas lu le livre). Ce qui est triste, c'est de voir que le jeune homme ne se rendra compte que tardivement qu'il aimait une autre que Tatiana, la propre soeur de cette dernière: Maria. De plus, cet amour était réciproque!! Mais,il ne s'en rendra compte qu'une fois Maria décédée, ayant retrouvé un mot écrit de sa main, à son attention, fait peu avant qu'elle ne soit sauvagement tuée. Au fur et à mesure, on peut voir son dévouement pour la famille impériale, qui bluffe, tant il est prêt à tout pour eux (bien que ce soit grandement en partie pour suivre Tatianna, on peut se rendre compte que son attachement à la famille est réel et même réciproque). Cette histoire , entre beaucoup d'autre chose, est aussi une belle leçon d'amitié. Tout d'abord, l'amitié liant Youri et Léonid, qui fait que Youri suivra Léonid jusqu'à Ekaterinbourg pour veiller sur lui, dont on ressent la forte intensité grace à la plume de l'auteur, puis, l'amitié qu'il a eu avec Anastasia, Tatiana, Maria, Olga et Alexis, elle aussi très belle, prouvant que tout un chacun peut s'entendre, peu importe les différences sociales. Pour résumé, ce livre est magnifique, je ne vois que du bien à en dire. Il m'a enchanté du début à la fin. De plus, la plume de Carmen Posadas est aussi très agréable, rendant la lecture très fluide. C'est le premier livre que je lis de cette auteur et je suis charmée par son écriture, me donnant envie de lire d'autres de ses œuvres. Je ne peux que chaudement recommandé ce livre à tout les amoureux d'Histoire mêlé à la fiction. Pour ma part, c'est un gros coup de coeur!

Ma note

Hunger Games, tome 1


Information

Genre: Dystopie
Parution de la version originale : 14 septembre 2008
Edition: Pocket Jeunesse
Parution de l'édition: 1 octobre 2009
Nombre de pages: 379
Langue d'origine: Américain
Auteur: Suzanne Collins
Traducteur: Guillaume Fournier

Résumé


"Les Hunger Games ont commencé. Le vainqueur deviendra riche et célèbre.
Les autres mourront... 

Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.


Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l'arène: survivre, à tout prix.



Quand sa petite soeur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n'hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. À seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature..."

Mon avis


Une saga dont j'entend parler depuis tellement longtemps, et en bien, qu'il me fallait la lire!
Je l'avoue, à sa sortie, je n'étais pas du tout emballée, j'ai même été rebutée par tant de tapages autour d'une nouvelle série pour ado, il m'a fallu un moment pour m'y intéresser. C'est cet été, lors d'un voyage avec mes cousines à Londres, que je me suis décidé. Elles m'ont toutes deux convaincue. Par contre, j'ai fait la chose un peu à l'envers, j'ai commencé par les deux premiers films, voulant voir si vraiment ça allait me plaire (sachant bien, par plusieurs échos, dont deux de mes cousines adorées, que les livres étaient meilleurs, si les films me plaisaient, c'était sûr et certain que les livres me plairaient encore plus). Les deux premiers films m'ont plu de suite, même enchanté, et il me fallait à tout prix commencer la saga en livre. J'avais prévu le coup, lors de mon voyage à Londres, j'avais pris le livre en même temps que le premier film (il faut dire que mes cousines savent me donner l'eau à la bouche). Alors, dès que j'ai pu, j'ai enfin commencé la lecture du premier tome et je ne fût pas du tout déçue du voyage, oh que non!Dès la première page, j'ai été happé dans l'univers qu'à créée Suzanne Collins. Tout de suite, on entre dans l'histoire, dans le quotidien de Katniss, qui n'est pas rose du tout, on voit directement que cette jeune fille est une battante, qu'elle ne se laisse pas abattre. De suite, le personnage de Katniss m'a plu. Une héroïne battante, comme je les aime. L'utilisation de la première personne est une très bonne idée, on voit ainsi mieux comment Katniss voit les choses, comment elle pense, ses idées, savoir comment elle vit cette situation, celle de vivre dans un disctrict, sans pouvoir en sortir et d'être sous le joug des puissants qui se trouvent au capitol et qui ont le droit de vie ou de morts sur les habitants des douze district de Panem. Panem est le pays où se déroule l'histoire. En fait, il s'agit du continent Américain, qui a changé de nom, après beaucoup d'années. On réalise de suite qu'on est bien dans une roman de Science-Fiction, et plus précisément dans une distopie, car l'univers d'Hunger Games n'est en rien utopique. Les habitants sont parqués par classe, les plus pauvres triment pour s'en sortirent, les puissant de la grande ville du pays contrôlent tous, jusqu'au faits et gestes des habitants, tous ces éléments caractérisent la distopie. On sait donc que l'histoire ne sera pas de tout repos, qu'il y aura moult péripéties. Et d’emblée, ça intrigue, et même passione très vite car on a vite envie de savoir ce qu'il va se passer, ce que sont ces Hunger Games et pourquoi ils ont lieu, pourquoi des districts, qu'a t-il bien pu se passer pour que le pays en arrive à ça?
Page après page, on va avoir des réponses, qui nous faire poser encore d'autre questions, dont les réponses ne seront pas donner dans ce tome. Ca met l'eau à la bouche, et on a beaucoup de mal à décrocher, tant le livre est passionnant.
Le début du livre met en place l'univers, les personnages, on apprend à connaître Katniss et sa famille. Cela peut sembler un peu "rasoir" mais il n'en ai rien. Cela permet de mieux situer l'histoire et de la comprendre. On comprend même mieux les relations qui lient Katniss à sa mère et à sa soeur, et les relations entre les personnages sont quelque chose de très poignant et important dans le roman. C'est d'ailleurs l'amour fort qu'à Katniss en vers sa soeur qui va lui permettre de tenir dans l'arène, et même celui qu'elle éprouve pour sa mère (même si les relations avec celle-ci sont compliqués, ce qu'on comprend au fil du roman).. L'auteur a su bien traiter les différentes relations que Katniss entretient, a su bien retranscrire les sentiments. Par exemple, les sentiments amibigüs de Katniss envers Peeta, qu'elle ne sache plus s'il lui ment pour pouvoir survir au Hunger Games, ou s'il est sincère. Qu'elle ne sache même plus où elle en est. Et puis, se rajoute à cela son ami Gale, pour qui elle a énormément d'affection mais une fois dans l'arène, elle sera perdu face à ses sentiments. Vous l'aurez compris, il y a de la romance dans Hunger Games, mais rien de désagréable, cela ne va jamais dans la guimauve, c'est toujours abordé d'une façon qui fait qu'on sent que c'est important pour l'histoire. En effet, Katniss va finir par être porté par l'affection qu'elle attache à Peeta pour survivre dans l'arène! Et sans ça, on se demande parfois si ç'aurait été la même chose sans qu'il y ai ce genre de choses.
Au delà des sentiments, des jeux de la faim (Hunger Games), il y a une dimension politique. On voit très vite que ces Hunger Games sont organisé pour le capitole pour mieux tenir le peuple des districts, pour que les gens aient peur constamment, qu'ils ne se rebellent pas. En enlevant chaque année pour les jeux deux enfants, fille et garçon, de chaque district, les dirigeants savent qu'ils tiennent le peuple dans la terreur, qu'ils ne peuvent se rebeller car ils craindront pour la vie de leur enfant et même pour la leur, car ils sont surveillés au quotidien. Dans chaque district, il y a des "pacificateurs" qui sont là pour punir les habitants qui essaieraient de se rebeller. Jusqu'au jeu auquel va assister Katniss, le capitole pense tenir le peuple sous sa coupe, sans problème. Mais, c'est sans se douter que le peuple, au fond, n'en peut plus de tout cela. Le fait que Katniss prenne la place de sa soeur au Hunger Games, alors que jusque là, personne du district douze ne s'était porté volontaire, marque un tournant dans l'histoire de Panem. On sent que ces Hunger Games là ne vont pas avoir le même impact que les autres, que le capitole risque fortement d'être "secoué" et surpris par une volonté de révolte de la part de ces jeunes envoyés à la mort dans ces jeux, et même du peuple, qui n'en peut plus de vivre dans cette peur et cette oppression constante.
Cette dimension politique donne encore plus de profondeur au roman, et ajoute au suspens. 
A la fin du roman, tout ce qu'on demande, c'est la suite, et vite! Car, bien évidemment, la fin du livre se finit par quelque chose qui nous met plus qu'en haleine, et donne envie de vite se jeter sur le deuxième, ce qui est mon cas.
Un début prometteur, pour une saga qui a su passionner petits et grands. Il me tarde de lire la suite (vivement que j'en ai fini avec mes livres de cours, je trépigne d'impatience à l'idée de lire le deuxième et le troisième tome des aventure de  Katniss).
Je conseille ce premier tome à tous, jeunes ou moins jeunes, la saga n'étant pas seulement un livre dit "pour ado", loin de là. Elle n'a rien à envier à d'autre dystopie plus dites pour "adulte". Non, vraiment, elle est digne d'être classée dans "la cours des grands".

Ma note


dimanche 18 janvier 2015

Nos étoiles contraires


Informations

Genre: Roman pour jeunes adultes
Edition: Nathan
Parution de l'édition: 21 février 2013
Nombre de pages: 336
Langue d'origine: Américain
Auteur: John Green
Traducteur: Catherine Gibert

Résumé

"Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie."

Mon avis

Depuis le temps que j'entendais parler de ce livre. je me disais qu'il me fallait le lire pour en comprendre l'engouement qui tourne autour. Pourtant, ce n'est pas le genre que je préfère, surtout qu'il semblait vraiment très triste à en faire pleurer dans les chaumières. Mais, vu le nombre importants de critiques élogieuses de toute part, je me suis dit: pourquoi pas?. Et je n'ai pas été déçue, même si je tiens à nuancer mon avis tout de suite, ce n'est pas le livre de l'année, ni un gros coup de coeur pour moi, bien que je l'ai apprécié tout de même. 

L'histoire d'Hazel et Augustus est très touchante. La manière de Jonh Green de parler de la maladie est aussi émouvante et son écriture très agréable (cependant, elle est parfois un petit peu abrupte, dans le sens où il décrit quelquefois un peu froidement les choses, mais rien de grave, juste quelque-peu dérangeant). On ne peut être qu'admiratif devant leur histoire d'amour qui se construit petit à petit, malgré la maladie qui les touche tout les deux. Les réflexions philosophiques des deux adolescents face à leur cancer peuvent parfois sembler trop poussées pour leur âge mais quand on est confronté si tôt à une maladie si dure, on grandi malheureusement plus vite, et l'esprit aussi, ce n'est donc pas improbable et cela fait même réfléchir sur le mince voile séparant la vie de la mort. Ce livre est une ode à la vie, et une belle manière d'aborder le sujet douloureux du cancer, oscillant entre rire et tristesse.

Ma note

samedi 3 janvier 2015

Maeve Regan, tome 1: Rage de dent


Informations

Genre: Fantastique: Urban-Fantasy
Edition: Milady
Parution de l'édition: 22 mai 2012
Nombre de pages: 416 pages
Langue d'origine: Français
Auteur: Marika Gallman

Résumé:


"Avant, ma vie était simple : l'université si j'en avais envie, les hommes quand j'en avais envie. Et je n'avais aucun problème qu'un barman ne puisse m'aider à résoudre. Mais là, depuis un moment, rien ne va plus. Le type sexy qui me draguait a rendu son déjeuner quand on a voulu concrétiser. J'ai cassé le nez du copain de ma meilleure amie, et elle ne l'a pas très bien pris. Lui non plus, d'ailleurs. Ensuite, je me suis mise à faire des cauchemars. Et tout ça, c'était avant qu'une bande de vampires décide de redécorer mon appart et qu'un colosse me kidnappe. Quand je vous dis que ce n'est pas ma semaine..."

Mon avis


C'est une série que j'ai découvert grâce à une amie, et qui m'a fortement intrigué dès la lecture du résumé! La couverture m'a aussi tout de suite accrochée.

Je lis très peu de bit-lit, pour tout dire, c'est ma deuxième lecture du genre, ma première étant un classique en bit-lit: "Anita Blake", mais j'apprécie et je vais de découverte en découverte voulant découvrir d'autre livre appartenant à ce genre (dans ma pile à lire m'attend par exemple la série de "La Casseuse de la nuit" ou encore celle des "Rebecca Kean").
C'est donc avec enthousiasme que j'ai débuté le premier tome de "Maeve Regan", et je ne fus pas du tout déçue du voyage!!!
En effet, dès les premières lignes, j'ai été happée par l'histoire, et séduite par le style d'écriture de l'auteur, Marika Gallman! De plus, l'héroïne m'a tout de suite plu, de par son caractère franc et volcanique, ce qui est un très bon point de départ de plus!
Maeve est une jeune femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, ni démonter par ce qui lui arrive, elle fonce, sait se battre et a en plus un humour piquant, ce que j'apprécie fortement!
Au début de l'histoire, on découvre petit à petit Maeve et son entourage, et l'histoire se met en place, doucement, pendant quelques pages, ce qui permet d'en savoir un peu plus sur là où l'auteur veut nous mener. Puis, dès que le point déclencheur des événements qui vont suivre arrive (:les rêves de Maeve très étrange mais aussi une rencontre assez étrange avec un jeune homme constituent les deux point de départ d'une aventure qui ne va pas laisser l'héroïne souffler), les péripéties s'enchaînent et les révélations aussi! Ce qui est vraiment génial, un pur régal, très prenant et qui ne vous laisse pas décrocher le livre!
L'histoire est très bien construite, on a très vite envie d'en savoir plus. On veut vite savoir pourquoi Maeve fait d'étrange rêves, pourquoi l'homme qu'elle a rencontré dans le premier chapitre réapparaît comme s'il la suivait,... On se pose énormément de questions qui vont petit à petit trouver leur réponse mais nous en faire poser d'autres (dont certaines seront élucidées au fur et à mesure des tomes)!
Les relations entre les personnages sont aussi bien travaillée, comme celle entre Maeve et Lukas (qui amène à des scènes très très hot parfois, attention, âme "prude" s'abstenir ;). Ils ont une relation très qui se décrirait comme "attrape-moi si tu peux" qui devient très cocasse), ou celle de Maeve et Elliot (drôle et touchante, tant on vit combien il tienne l'un à l'autre, mais je ne peux rien dire, ce serait trop en dire sur l'histoire!) et aussi celle de Maeve et son Grand-Père (très attendrissante cette dernière d'ailleurs, mais aussi triste, vu les événements qui vont arriver...[je me tais, je laisse le suspens tout de même!]). 
Les sentiments de l'héroïne sont vraiment bien retranscrit par l'auteur, on a l'impression de la suivre pas à pas, comme si on était près d'elle (le roman étant à la première personne, cela facilite cette impression et rend l'histoire encore plus immersive), c'est vraiment du bon boulot.


Je n'en dirais pas plus, ne voulant pas en dévoiler plus que cela l'intrigue, et vous gâcher le plaisir de la découverte. Je vous conseille en tout cas vivement le premier tome des aventure de Maeve, même si vous n'êtes pas fan de Bit-Lit ou que vous débutez, car il y a, outre une histoire de vampire, un scénario bien tissé et une histoire addictive! Dès qu'on a fini le premier tome, on veut savoir de suite la suite et retrouver Maeve pour savoir ce qu'elle devient.


Une pépite du genre et un chapeau très bas à Marika Gallman, une auteur plus que prometteuse!


Ma note: